Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lila MAGGIO.

 

Auteure - Parolière,

Chroniqueuse musicale pour le webzine BULLE DE ZIC,

Accompagnement et promotion artistique.

 

.....

 

Merci à tous ceux qui viendront poser leur regard, leur temps et leur curiosité chez moi.

 

En espérant que le voyage parmi mes mots vous soit agréable...

 

 

Musicalement,
Lila.

 

Contact / Web

 

Contact : lilamaggio@yahoo.fr

 

 

 

 

@lilamaggio sur Twitter :

 

Follow lilamaggio on Twitter

 

 

http://www.themarysue.com/wp-content/uploads/2013/01/tumblr.jpg

 

 

http://tedxplaceducapitole.com/wp-content/uploads/2012/01/Scoopit.png

 

 

 

YouTube.gif

 

12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 16:58

 

YELLOW RADIO

Rolling the dice

 

YR_Rolling.the.dice.jpg

C’est l’histoire d’une petite radio jaune au cœur d’un voyage londonien, une histoire de rock, une histoire de potes surtout ; Car Jon et Val ont d’abord commencé par jouer ensemble dans un quartet de rock français - ABESSE - dont Jon était la voix. Après la séparation du groupe en 2009, les deux compères ont continué la route ensemble : c’est ainsi qu’est né le duo Jon DU, rebaptisé ensuite YELLOW RADIO.

Avec Rolling the dice, leur premier opus sorti en octobre dernier, YELLOW RADIO nous propose un album de caractère, oscillant entre une pop acidulée et un rock presque abrupt.

De leurs influences anglo-saxonnes communes, le groupe a gardé l’empreinte brute et frontale du son. La voix parfois saturée, la basse omniprésente de Val et les riffs de guitares donnent à leurs mélodies affirmées et entraînantes une efficacité redoutable.

Un heureux vacarme frais, généreux et explosif, comme en témoignent les titres « Cooking the world », « Come to you », « Nobody’s sun » et autres « Get on my cloud ».

Rolling the dice, un album d’une énergie follement communicative qui a vraiment de quoi dépoussiérer les oreilles et réveiller les sens !

 

  

Album sorti en octobre 2012, à commander auprès du groupe.

Facebook : https://www.facebook.com/yellowradio

 

© Lila M.

   

-----


Chronique musicale, à retrouver dans le 7ème numéro du webzine musical BULLE DE ZIC, paru le 12 avril 2013.

 

Repost 0
Published by Lila Maggio - dans Chroniques
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 18:35
  Le mal en toi
  Le mal de tout
  Le doute qui foudroie
  Et la peur au bout
  Le mal aux autres
  Le mal d'aimer
  Creuser une fosse
  Pour s'y terrer
  Comme s'interdire
  De pouvoir être
  A se maudire
  A se soumettre
  N'être plus qu'une âme à genoux
  Le silence pour seul garde-fou
  Mais de ton refuge sans voix
  Là-bas,
  Prends, entends, et vois
  Vois comme je suis là,
  Déjà
  Comme un parachute les bras ouverts
  Comme un paravent à tes colères
  Une armure aux blessures du temps
  Qui panse qui rassure
  Bienveillant
  Comme un bouclier à ta fuite
  Comme une envie qu'on ressuscite
  Comme une trajectoire, un parchemin
  Comme le pas qu'il te faut suivre
  Pour ne pas te perdre trop loin
  Ne pas partir à la dérive

 

 Une boussole pour te guider
 Comme le caillou à semer
 Pour ne pas déposer les armes
 Une rivière pour cueillir tes larmes
 Ou pour t'y voir,
 Comme un miroir
 Un peu plus beau un peu plus grand
 Et voir s'y refléter ta force
 S'y voir tel que tu es vraiment
 Et laisser se fendre l'écorce
 S'ouvrir à nouveau au vent
 Sourire au visage présent

 Qui sait déjà
 Qui se trouve là
 Comme le geste, comme la main
 Posée pour adoucir le cœur
 Comme la fleur, ou le jardin
 Y puiser le goût, les saveurs
 Comme le lit qui couche l'instant
 Où rien d'autre vraiment ne compte
 Comme cette échappée hors du temps
 Comme deux peaux qui se répondent
 Comme le ventre le cou l'épaule
 Qu'on étreint qu'on touche qu'on frôle
 Vois comme je suis là
 Vois comme je suis là
 Bien maladroite c'est certain
 Le doute la peur collés au cœur
 Mais l'amour brûlant jusqu'aux reins
 A ne plus m'en aller ailleurs
 



Repost 0
Published by Lila Maggio - dans Textes
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 14:58

 

JE RIGOLE.

Qui chante le matin est peut-être un oiseau

   

 

JeRigole-QuichantelematinCover.jpg

« Tu vas pas mourir de rire, et c’est pas rien de le dire »…

Voici une maxime de Mickey 3D que l’on pourrait aisément associer à ce premier album, intitulé « qui chante le matin est peut-être un oiseau ». Car si Andoni Iturrioz, basque d’origine, se présente à nous sous le nom de Je Rigole., le propos qu’il délivre n’a, quant à lui, rien d’hilarant.

Certainement inspiré par son vécu et ses multiples errances, c’est avec puissance que Je rigole. nous ouvre ses bagages : un regard (im)pertinent, une voix tendrement habitée et des mots accrocheurs qui égratignent, qui bousculent, sans toutefois être donneurs de leçon (« crève la France », « c’est court », « c’est cyber »…) ; des mots qui percutent, néanmoins articulés dans une intime délicatesse.

Fantaisiste, Je rigole. sème aussi ici et là ses grains de folies, lancés et dispersés au milieu de mélodies vibrantes de diversité, souvent enthousiastes et généreuses. Et, pour être certain de ne pas tomber dans l’excès de désinvolture, l’artiste n’en oublie pas de se faire tendre et sensible, comme pour mieux nous embraser le cœur (« c’est toi », « Emilie »), et va jusqu’à suspendre le temps au souffle de pures poésies (« dans l’air », « j’ai vécu les étoiles »).

Qui chante le matin est peut-être un oiseau… espérons que cet oiseau là chante encore longtemps…

 

 

Album sorti le 8 octobre 2012.

Site Officiel :   http://www.jaiveculesetoiles.com/je-rigole/le-groupe/

 

© Lila M.

   

-----


Chronique musicale, à retrouver dans le 6ème numéro du webzine musical BULLE DE ZIC, paru le 8 Janvier 2013 : BDZ janvier 2013, page 7.

 

 

Repost 0
Published by Lila Maggio - dans Chroniques
commenter cet article
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 01:45

 

Philippe UMINSKI

Mon premier amour

   

 

cd Uminski.mon.premier.amour

Enregistré en deux seules prises, Philippe Uminski nous livre avec « Mon premier amour » un album aussi audacieux dans sa réalisation qu’inattendu dans sa finition.

Pris dans l’élan de son interprétation spontanée et habitée, l’artiste à la voix charismatique nous entraîne dans la ferveur de ses intentions et l’urgence de ses sentiments, tel un Maestro équilibriste porté par la musicalité d’un orchestre de 32 cordes, de 4 cuivres et d’une formation pop-rock de 7 musiciens.  

Avec ce troisième opus, certainement le plus abouti par ailleurs, Philippe Uminski pose son regard sur sa vie, nos vies en général, et nous emporte avec autant de force que de sensibilité dans ses complaintes nostalgiques sur ses amours et désamours, ses espérances, et sa course contre l’inévitable absolu. Il nous rend témoin de la fuite du temps et des sentiments, puis nous prend le cœur tout entier lorsqu’il nous conte le souvenir d’un ami disparu dans l’émouvant « autant qu’il m’en souvienne ». 

Essentiellement connu jusqu’ici pour ses collaborations avec Julien Clerc, Johnny Hallyday et autres Cyril Mokaïesh, Philippe Uminski nous montre avec ces 12 instantanés l’artiste à part entière qu’il est, tant dans la richesse et la modernité de ses mélodies que dans la qualité et la tradition de son univers. Un album rare, sincère, sensible, subtil.

Avant de le retrouver aux côtés de ses amis Calogero et Stanislas Renoult dans leur projet commun CIRCUS, laissez-vous tenter par l’ivresse de ce « premier amour » poignant.

 

 

Album dans les bacs.

Sortie de l’album du groupe CIRCUS en novembre 2012.

Site Officiel : http://philippeuminski.com/ 

 

© Lila M.

   

-----


Chronique musicale, à retrouver dans le 5ème numéro du webzine musical BULLE DE ZIC, paru le 5 octobre 2012 : BDZ octobre 2012, page 7.

 

 

Ecoutez "La vie continue ", extrait de l'album Mon premier amour :

 

Repost 0
Published by Lila Maggio - dans Chroniques
commenter cet article
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 01:20

 

MICE

Replay

 

Mice_replay.jpg

C’est en 2009, sur un site de financement participatif, que je découvre pour la première fois les compositions pop/folk d’un groupe de 4 musiciens réunis autour d’un projet commun, MICE.

Trois ans plus tard, les voici qui nous présentent leur tout premier EP, un six-titres sobrement intitulé « Replay ».

Et, il n’y a qu’à regarder la pochette de l’album pour plonger dès lors dans l’univers du Groupe. Ancré dans un décor lunaire d’une grande simplicité, propice à l’introspection de toute âme solitaire, il se dégage de l’objet comme une sensation de plénitude, une invitation à laisser pensées et esprits entièrement libres de vagabonder, rêver et planer au rythme des délicates mélodies.

Mais que l’on ne s’y trompe pas. Cet album à l’apparence tranquillement mélancolique n’en est pas insipide pour autant.

A l’image de Cocoon, Aaron et autres faiseurs de tendresses, « Replay » nous enivre de la douceur de sa musicalité mais n’en oublie pas la force du propos. MICE nous livre en effet six chansons qui abordent des thèmes habituels (amour, jeunesse, espoir…) dans des ballades inspirées, empreintées par les blessures et les traces de la vie, du vécu. La voix du chanteur, Arnaud, nous caresse, le velouté des instruments aussi ; mais les mots eux ne cessent de résonner et de nous accrocher. On ne peut qu’être touché par ces histoires d’amour, de souffrances ou de déceptions tant elles ressemblent aux notres, et se reconnaître dans la détresse d’Henry, que l’on a tous été à un moment de sa vie, aussi. Manque peut-être à ce premier essai un titre légèrement plus animal comme pour nous bousculer franchement au milieu de cette douce rêverie ; un léger manque que le temps comblera certainement…

Pour l’heure, je ne peux que vous suggérer de vous évader aussi. Laissez votre âme s’apaiser, et jouez encore et encore ce disque à vos oreilles ; « play, please play… » and replay

 

Album disponible sur Fnac.com, ou à commander auprès de MICE : writetomice@gmail.com  

Facebook officiel : https://www.facebook.com/miceofficiel   

 

© Lila M.

   

-----


Chronique musicale, à retrouver dans le 5ème numéro du webzine musical BULLE DE ZIC, paru le 5 octobre 2012 : BDZ octobre 2012, page 20.

 

 

 

Repost 0
Published by Lila Maggio - dans Chroniques
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 18:36

 

Vagues de mots qui déferlent

Tireurs d’assauts, écrits acerbes

Coups de poignard, jeteurs de pierres

Quand il n’est que mal à se faire

A mettre le cœur à l’envers

A voir les yeux se fermer

Comme pour mieux couler

 

Vague repli, bleus en jachère

Larmes au cœur, âme à terre

Si le silence parfois libère

Il se fait douloureux et amer

Dans le sang dans la chair

Comme un venin diffusé

Mais qu’il nous faut laisser couler


 

… Comme si de rien n’était

 

 

Vagues de maux qu’on enterre,

Sans l’air d’y toucher

Plus facile de taire

Que de condamner

 

Vagues de mots qui ulcèrent

Qui blessent, rongent à en crever

Vaincu, perdu, le cœur se serre

Dans l’indifférence, prendre congé

Résigné, l’esprit se terre

Jusqu’à nous effacer

Jusqu’à laisser couler

 

 

… Comme si de rien n’était

 

 

Vagues de maux qu’on enterre,

Feu brûlant vite étouffé

Plus facile de taire

Que de condamner

 

 

… Comme si de rien n’était

… Comme si de rien n’était

 



Repost 0
Published by Lila Maggio - dans Textes
commenter cet article
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 00:16

 

sn52 1197606 1 px 470

La nouvelle est tombée ce jour sur le site officiel http://adameteve-lespectacle.com, la production du spectacle musical Adam et Eve a décidé d’en annuler la tournée pour des raisons financières.

«La dégradation du climat économique ne permet malheureusement pas de produire, à date, avec le même niveau d’exigence et de qualité artistique le spectacle tel qu’il a été proposé avec succès au Palais des Sports de Paris du 31 janvier au 25 mars 2012 ».

Alors que la troupe s’apprêtait à partir sur les routes, cette annonce à 15 jours de la première date a créé stupéfaction et déception de ses admirateurs.

Car si l’écoute du CD peut déstabiliser au premier abord de part la mixité de ses titres, le spectacle lui, tout aussi hétéroclite, séduit dès les premières chansons. Du casting à la mise en scène, Pascal Obispo n’a rien laissé au hasard et nous a livré une comédie musicale riche dans ses couleurs et ses influences, sublimée par la qualité vocale de ses interprètes (Thierry Amiel, Cylia, Nuno Resende en tête).

Bien plus qu'une simple ôde à l'amour, ce conte musical ose les mélanges, les contrastes et se démarque de tout ce qui a été fait jusqu'à présent en la matière. Inventif, émouvant et chaleureux, il séduit par sa transposition moderne de l’histoire d’Adam et Eve dans les contours de notre société. Plus qu’une comédie musicale, un véritable spectacle vivant et contemporain ; un pari, jusqu’ici réussi…

Reste aux Edeniens une seconde (et dernière) chance d’aller voir la vie « de l’autre côté » sur la version DVD du spectacle, attendue théoriquement pour octobre 2012.

Et à vous, créateur(s), chanteurs, danseurs, techniciens, qui avez porté ce spectacle par votre énergie et votre talent, mais devant qui les portes de la cité d’Eden se referment, qu’on se le dise…

« Rien ne s’arrête jamais, y’a un après, partir n’est rien qu’un rendez-vous… »


© Lila M.

Repost 0
Published by Lila Maggio - dans Chroniques
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 19:32

 

Arno SANTAMARIA

1362

 

  547252 2852641479322 514842977 n

Sorti le 18 juin dernier, Arno Santamaria nous livre son second opus intitulé « 1362 », du nombre de ses "internautes contributeurs".

Un album intimiste au plus près de l’homme meurtri et de ses blessures (je suis le mal, j’ai eu, ma bouteille), mais aussi de ses espoirs et de ses colères.

A l’image du noir et blanc de sa pochette, cet album dépeint avec justesse et sans concession les dérives et les tourments de notre société humaine (chez moi, circulez), tout en gardant une lueur d’espoir et d’optimisme pour « Demain ».

Maître des mots et des métaphores, Arno Santamaria déclame avec intensité et conviction tous les maux qui le rongent. Porté par une plume acérée et des arrangements rocks autant subtiles de douceur que poignants dans de majestueuses envolées de cordes, l’homme à la voix éraillée et enivrante nous emporte dans son souffle et dans le grave de ses intentions ; L’alliance des sons et la multiplicité des instruments viennent alors sublimer la puissance de ses textes. On se retrouve touché, ému, puis révolté, partageant à leur écoute chacune des émotions que nous dévoilent les 12 chansons.

Notons par ailleurs dans cet album la présence de titres plus enlevés, ornés de sifflements ou de refrains que l’on retient sans même y penser (jure moi, dans le non dit), comme pour mieux nous faire tourner et nous envoler dans ses tourbillons de mots.

De l’ombre à la lumière, il n’y a qu’un pas ; C’est bien là tout le mal que nous pouvons souhaiter à cet artiste prometteur.

 

 

Album dans les bacs depuis le 18 juin 2012.

Site Officiel : www.arnosantamaria.com

Facebook : www.facebook.com/ArnoSanta.officiel

 

© Lila M.

 

-----

Chronique musicale, à retrouver dans le 4ème numéro du webzine musical BULLE DE ZIC, paru le 4 juillet 2012 : BDZ juillet 2012, page 18.

 

 

Découvrez "Dans le non dit", 1er extrait de l'album 1362, en version acoustique :

 

Repost 0
Published by Lila Maggio - dans Chroniques
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 16:19

 

 

Paul ECOLE, live au Connétable (Paris)

le 2 décembre 2011.

   

 

  Paul.Ecole.jpg

Vendredi 2 décembre 2011, 21h30. Rendez-vous au Connétable pour y voir Paul Ecole, en scène. Nous approchons discrètement la salle de concert situé au sous-sol de ce bar chaleureux aux allures d’anciennes tavernes. Paul Ecole est là, entouré de ses musiciens, s’attelant aux derniers réglages d’avant concert. Il s’avance vers nous, nous dit bonsoir, puis nous explique gêné qu’il n’est pas encore tout à fait prêt…. Qu’importe ! Nous attendons donc, assis dans l’escalier attenant à la salle… écoutant chaque mot, chaque son, chaque détail de cette ultime préparation, entre fous rires, sourires et rencontres d’autres admirateurs.

Une demi-heure plus tard, Romain, clavier de Paul Ecole, nous invite à prendre place dans la petite salle à l’atmosphère feutrée ; une vingtaine de chaises y sont disposées, nous invitant à une plus grande proximité avec l’artiste : le concert peut commencer !

C’est dans ce climat intimiste que Paul Ecole entame son set de 14 chansons. Accompagné de Romain, au clavier et aux percussions, et de Christophe à la basse, Paul Ecole nous balade dans son univers pop folk poétique, alternant le doux et le brut, nous gratifiant tantôt de tranches de vies légères (« Paris », « champagne et chamallow ») et émouvantes (« Couvent », « là-bas sur la baie ») comme il sait si bien nous les conter, tantôt de chansons poignantes, allant jusqu’à saisir le public par l’intensité palpable, et par la justesse, de ses interprétations (« Penelope Chilvers », « Cheyenne », « la chanson de Juliette »). 

Bien sûr, il y eu quelques problèmes techniques ; les aléas du live, et après… Porté par des arrangements travaillés et des textes affûtés, doté d’un répertoire aux couleurs multiples, Paul Ecole séduit par son univers sensé, sensible et coloré, cueillant les derniers sourires et applaudissements par l’énergie et l’espoir de ses titres enjoués (« un jour viendra », « la bonne voie »).

Pas de doute, ce conteur là est assurément sur la bonne voie…

 

 

© Lila M.

 

-----

 

Chronique live, à retrouver dans le 2d numéro du Webzine Musical BULLE DE ZIC, paru le 2 Janvier 2012 :

http://www.bulledezic.fr/PDF/BDZn2.pdf

 

 

Dès maintenant, découvrez l'univers de PAUL ECOLE :

http://www.kisskissbankbank.com/projects/plages-de-poche

http://www.noomiz.fr/paulecole

 

 

Repost 0
Published by Lila Maggio - dans Chroniques
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 18:08

 

JADE

Album éponyme

 

Jade album

 

Elixir de détente et de relaxation, le premier album de Jade est un concentré de douceurs et d’harmonies.

Portée par une plume nuancée, tantôt légère, mélancolique (« J’attends »), nostalgique, tendre ou sérieuse (« Sa brune gitane », « à en perdre la face »), la chanteuse nous enlace de sa voix apaisante et nous emporte dans son univers poétique et mélodieux, nous donnant envie de « nous la couler douce » en sa compagnie…

Mention spéciale à « Poison », « Tout pour lui », ou encore au titre « Avant que ça saigne » dont l’émotion est sublimée par de magnifiques envolées de cordes.

 

Album à se procurer auprès de Jade :

http://www.myspace.com/jademusique


 

© Lila M.

 

-----

 

Chronique musicale, à retrouver dans le 1er numéro du webzine musical BULLE DE ZIC, paru le 1er octobre 2011 : http://www.bulledezic.fr/PDF/1bulledezic1.pdf

Repost 0
Published by Lila Maggio - dans Chroniques
commenter cet article